Rejoignez-nous sur Facebook !

Rejoignez-nous sur Twitter !

Histoire de l'Autodrome

C'est en 1924 qu'Alexandre Lamblin, un entrepreneur passionné de sports, décide de se lancer dans la construction d'un vaste autodrome.

histoire-1En 1923, il fait l'acquisition d'un terrain sur le plateau de Saint Eutrope, à Linas. C'est Raymond Jamin, jeune architecte qui dessinera et suivra la construction d'un anneau de vitesse de 2,5 km de long. Une spécificité de cet anneau est que les virages sont concaves (plus on va vers l'extérieur, plus la pente remonte), permettant à de lourds véhicules d'atteindre des vitesses importantes.

Les travaux dureront 6 mois et nécessiteront 1 000 tonnes d'acier et 8 000 m3 de béton. 2 000 ouvriers assembleront l'anneau, utilisant des élements préfabriqués (une première à l'époque).

Jusqu'à 1939, l'Autodrome deviendra le lieu de tous les records et des défis les plus fous. Le circuit routier (fini en 1925) accueille le Grand Prix de l'Automobile Club de France (A.C.F.).

histoire-2histoire-3

En 1939, les administrateurs du circuit se résignent à le vendre : les frais d'exploitation et d'entretien sont trop élevés et le domaine est acquis par le Domaine National qui mettra le site à la disposition du Ministère de la Guerre. Suivra la Seconde Guerre Mondiale, durant laquelle l'Autodrome se trouvera fort dégradé.

L'UTAC (Union Technique de l'Automobile, du Motocycle et du Cycle) obtiendra du Ministère un bail pour gérer les pistes et installations de l'Autodrome, en décembre 1946.
La condition de cet accord est la restauration et l'entretien de l'Autodrome, ainsi que l'organisation de compétitions. Les travaux reprendront pour deux ans : une tribune de 1 000 places, une tour de contrôle, de nouvelles pistes seront créées, ainsi que des laboratoires techniques.

Le 16 février 1947, l'anneau réouvre ses porte, et le 30 mai 1948 aura lieu la première course depuis sa fermeture (Grand Pix de Paris).

histoire-4

Du fait de l'évolution des technologies mécaniques et des normes de sécurité, le circuit n'est plus adapté aux vitesses les plus élevées actuellement. Les dernières homologations sont délivrées en 1997 et en 2001. En 2004, l'état du circuit necessite des travaux d'environ 15 millions d'euros, et le circuit ferme ses portes aux courses et devient le centre technique de l'UTAC où de nombreux constructeurs font tester leurs véhicules.

Aujourd'hui, il est possible d'accéder au site à de rares occasions : festivals, démonstrations et autres événements organisés principalement par l'UTAC.

Le présent site vous propose d'accéder à un vaste corpus retraçant la vie de ce lieu chargé d'histoire, à travers la consultation d'une base de données diversifiée (articles, photos, cartes postales anciennes, livres, affiches, reportages filmés, etc.) allant de l'âge d'or de l'Autodrome aux derniers événements publics organisés sur ce circuit de légende.
Nous vous invitons à nous envoyer les informations que vous avez sur les documents présentés, ou - mieux - à participer activement à cette aventure en envoyant de nouveaux document à publier, via notre rubrique "contribuer".